Le crowdlending : diversifier son épargne en prêtant aux PME

Aujourd'hui j'accueille Régis BRYMAN dans un article invité pour nous parler du cronwlending. Régis  est également l'auteur  du livre « Boostez votre épargne avec le Crowdlending » disponible en exclusivité sur Amazon.

 

Ces dernières années la baisse régulière des rendements obtenus sur les produits financiers traditionnels et la fiscalité confiscatoire a fini par décourager les épargnants qui ont fini de cette classe d’actifs. Pourtant les choses évoluent, de nouvelles solutions financières plus innovantes ont fait récemment leur apparition et l’arrivée de le Flat-Tax permet d’envisager à nouveau les placements financiers comme solutions d’investissement ! Le Crowdlending dont la croissance est de l’ordre de 50% par an depuis son lancement il y a 4 ans est de ces solutions que je vous propose de découvrir au travers de ma propre expérience.

 

Crowdlending qu’est-ce que cela signifie ?

 

Le Crowdlending est une sous-catégorie d’une famille de placements que l’on nomme plus communément le Crowd Funding, c’est çà dire en Français le « Financement Participatif ». Il s’agit simplement d’une technique de collecte de fonds qui consiste à réunir autour d’un même projet plusieurs personnes afin de le faire financer. Avec le Crowd Lending vous prêtez de l’argent à des entreprises pour financer leur développement ou à des promoteurs immobiliers pour financer la construction d’immeubles. Vous recevez en échange un intérêt comme si vous étiez une banque en quelque sorte.

 

L’utilisation de cette technique d’investissement présentent de multiples avantages :

 

Pour les prêteurs 

 

. Un large choix de projets proposés chaque mois de l’ordre de 50 à 60 projets répartis sur différentes plates-formes.

 

. Une très grande souplesse d’investissement suivant ses moyen à partir de 20€ par projet jusqu’à plusieurs milliers d’euros.

 

. Des rendements proposés très au-dessus de la grande majorité des autres produits financiers de l’ordre de 7% pour le Crowd lending entreprise et même 9% pour le Crowd lending immobilier.

 

Pour les emprunteurs 

 

Les accords de financement sont souvent obtenu très rapidement par les emprunteurs contrairement et les collectes se réalisent elles aussi sur un rythme souvent très rapide ce qui permet d’obtenir les fonds très vite.

 

Avec le Crowd Lending l’entreprise peut potentiellement s’affranchir de nombreuses contraintes imposées par les banques : thématique du projet, garantie offerte par l’entreprise ou son dirigeant, ancienneté, montant emprunté.

 

Finalement, on pourrait dire que le Crowd Lending est de « façon théorique » un très bon deal qui réconcilie les intérêts de chacune des parties : d’un côté les emprunteurs et de l’autre les prêteurs. Mais soyons assez humbles pour le dire que, dans l’immédiat, le marché est encore modeste même s’il croit de 50% par an.

 

Quels sont les risques d’un tel placement ?

 

Comme tous les produits financiers rémunérateurs, si les risques existent-ils sont néanmoins  maitrisables. 

 

La Défaillance des emprunteurs

 

Le risque le plus important est bien entendu la non récupération de ses intérêts et pire encore de son capital investi. Si ce risque est réel la probabilité qu’il survienne en forte proportion de votre investissement n’est finalement pas si importante que cela si vous avez réparti correctement ce risque.

Vous pouvez par exemple investir moins sur les dossiers qui vous inspirent le moins confiance et lorsque vous souhaitez investir une grosse la somme la répartir sur un grand nombre de dossiers de façon à réduire votre exposition à un seul de ces dossiers.

 

La faillite des plates-formes

 

Le risque de faillite d’une plate-forme est toujours possible mais n’est pas celui qui aurait le plus de conséquences sur vos investissements s’il intervenait. La majorité des plates-formes sont aujourd’hui bien capitalisées avec parmi leurs actionnaires de gros fonds, des institutionnels et même parfois des banques !

 

Néanmoins, si l’hypothèse d’une faillite se réaliserait, il est très probable que le fonds de commerce serait alors racheté par un des acteurs déjà en place pour augmenter sa taille critique et son nombre de prêteurs. Cette situation s’est déjà produite début 2016 puisque, Finsquare a été acquis par Lendix.

 

Tous les acteurs ont l’obligation légale d’utiliser un prestataire tiers pour assurer la gestion des comptes sur lesquels sont collectées les sommes investies. Ce prestataire est le plus souvent lui-même filiale d’un réseau bancaire de renom ou il s’agit d’acteurs incontournables du secteur comme Ingenico. Il dispose de ce fait de l’ensemble des coordonnées des créanciers qu’elles soient postales ou bancaires. Théoriquement donc, même en cas de défaut des plates-formes, tous les remboursements seraient alors assurés par ces prestataires car en réalité ce sont ces intermédiaires qui tiennent vos comptes et pas les plates-formes.

 

Enfin, concernant le cas spécifique des plates-formes de Crowd Lending immobilier, en cas de faillite, un administrateur indépendant serait désigné afin de remplacer la plate-forme. Celui-ci aurait donc pour mission de s’assurer du bon déroulement des opérations. Ainsi, dans le cas d’une faillite ce serait surtout la communication et la gestion des flux financiers qui pourraient être plus chaotiques mais au final le bon remboursement de la dette ne devrait pas en être impacté.

 

Les spécificités du Crowd Lending immobilier

 

Au-delà des risques que nous venons d’évoquer et qui s’appliquent globalement de la même façon au Crowd Lending immobilier, il existe d’autres risques liés à la nature même de la promotion immobilière.

 

. Les risques administratifs qui concernent tous les éléments hors du périmètre de maitrise du promoteur qui pourraient bloquer la construction.

 

. Les risques liés à l’environnement  c’est-à-dire en rapport avec les catastrophes naturelles.

 

. Les risques techniques qui empêchent la réalisation du projet dans ses délais comme une mauvaise gestion, retard d’un ou plusieurs prestataires, difficultés techniques liées directement à la mise en œuvre du chantier.

 

. Les risques liés à la commercialisation c’est dire l’impossibilité de vendre tous les lots ou au bon estimé au départ.

 

. Les risques financiers, ceux liés à la viabilité du promoteur, comme son expérience, le nombre de lots déjà construits, son niveau d’endettement, ses différents partenaires bancaires sur le projet.

 

L’espérance de gain est-elle plus importante que le risque ?

 

De façon très pragmatique, la raison la plus importante d’investir en Crowd Lending est bien sur ses taux bruts élevés bien supérieurs ç n’importe quel autre placement proposé par votre banque vers 7% en Crowd Lending entreprise et plutôt vers 9% en Crowd Lending immobilier.

 

Mais comment de telles rémunérations sont-elles possibles ? Et pourquoi avec de tels niveaux, ces placements ne sont-ils pas plus connus ? Voici quelques éléments de réponse.

 

Il faut savoir que ces taux correspondent à des taux bruts annuels. En pratique, les prêts en Crowd Lending entreprise étant pour la plupart amortissables mensuellement, le cout effectif pour l’emprunteur est beaucoup moins élevé qu’il n’y parait au premier abord et pour le prêteur cela l’oblige à réinvestir en permanence les sommes gagnées pour conserver approximativement ces taux bruts annoncés.

 

Il s’agit toujours de taux hors fiscalité et la nuance est importante même si avec la Flat Tax à 30% celle-ci tend à amenuiser l’écart entre taux bruts et nets.

 

Enfin, ces placements plus risqués offrent donc une prime par rapport à d’autres solutions plus conventionnelles et la souplesse qu’ils offrent aux emprunteurs « se paye ».

 

Finalement, en ce qui concerne spécifiquement le Crowd Lending immobilier encore plus rémunérateur, il ne s’agit en fait que de montages purement financiers qui s’expliquent très simplement. Les promoteurs veulent limiter leurs apports de fonds propres pour pouvoir travailler sur plusieurs projets en simultané.

 

Ainsi, ils ont généralement besoin d'emprunter au moins 30% du budget nécessaire à la réalisation de leur projet. Sur ces 30%, les banques veulent qu’ils apportent eux-mêmes au moins 20% des fonds propres nécessaires pour leur prêter les 80% manquants à taux très favorables. Les promoteurs vont par exemple apporter de leur caisse 20% de ces 20% et aller chercher les 80% restants auprès des Crowd Lenders. Ces fonds seront assimilés à des fonds propres, on parle alors de « quasi fonds propres ». Ils acceptent pour cela de fortement les rémunérer les Crowd Lenders (autour de 9% bruts) mais en réalité, cela représente qu’une toute petite partie de l’argent qu’ils auront collecté pour mener à bien leur projet.

 

Quel gain espérer en considérant l’aspect fiscal ?

 

La fiscalité a récemment évoluée favorablement concernant les investissements en Crowd Lending. En effet, la « Flat Tax » applicable depuis 1er janvier 2018 à ces placements est venue considérablement améliorer leur attractivité car ils rentrent pleinement dans le cadre de la loi qui fixe de façon forfaitaire à 30% le taux d’imposition applicable.

 

Grâce à cette mesure, la majorité des foyers fiscaux qui investissait dans les produits financiers et qui s’acquittait, dans la majorité des cas, d’un taux global d’imposition à plus de 30% va pouvoir optimiser son impôt.

 

A lecture de ce tableau on comprend très vite que plus votre taux marginal d’imposition est élevé plus la « Flat Tax » est intéressante.  Par rapport à l’ancienne situation, votre gain est ainsi amélioré de 28% à 77% suivant les cas ce qui est énorme.

 

Vous aurez noté que ces nouveaux taux nets proposés sont un véritable « coup de boost » pour les placements en Crowd Lending qui apparaissent comme bien plus performants que ceux des livrets bancaires classiques, livrets A, PEL et autres contrats d’assurances vie libellés en euros. En contrepartie de ces meilleurs rendements offerts, il faut garder à l’esprit que les risques encourus en Crowd Lending sont évidemment plus importants comme nous l’avons déjà évoqué.

 

Comment procéder pour débuter ?

 

Il existe à ce jour une dizaine de plate-formes en Crowd Lending Entreprise et à peu près autant en Crowd Lending Immobilier.

Au moment d’investir prenez bien soin d’analyser chaque plate-forme car chacune dispose de sa propre offre et de son propre positionnement. Cela se traduit par des cibles et des marchés différents avec des profils de risques eux aussi différents. Dans les faits, certaines plates-formes proposent des rémunérations attractives mais sur des dossiers plus risqués alors que d’autres vont davantage sur des dossiers plus simples mais moins rémunérateurs. Sur les durées d’emprunt c’est la même chose. Pour un même dossier, une durée plus longue se traduit par une rémunération plus élevée que pour une durée plus courte.

Les taux de défauts présentés par les plates-formes peuvent être un bon indicateur de départ pour orienter vos choix d’investissement mais rien ne remplacera jamais l’analyse unitaire de chaque dossier sur lequel vous souhaitez investir.

Pour faire simple et après une certaine pratique du Crowd Lending disons que ma préférence personnelle irait davantage vers Look and Fin et les Entrepreteurs ou Lendix qui proposent le meilleur compromis entre risque et niveau de rémunération.

Les plates-formes comme Prexem, Pretup et Bolden apparaissent comme celles qui sont à ce jour plus dangereuses dans la nature des dossiers proposés même si elles également proposer de très belles opportunités sur de bons dossiers.

 

Pour la partie Crowd Lending Immobilier, à ce jour, les défauts sont faibles et il y a moins d’écarts entre les plates-formes qui se valent globalement toutes.

Les plus importantes en volume collecté sont Wiseed et Anaxago mais Lymo, Homunity, Koregraf ou Fundimmo offrent également la possibilité d’investir sur de très bons dossiers sans encombre à ce jour sauf parfois des retards dans les remboursements qui sont de toute façon rémunérés eux aussi.

 

Mon retour d’expérience du Crowd Lending ?

 

A titre personnel, j’ai d’abord abordé le Crowd Lending comme une expérience qui me permettait d’élargir mon champs de connaissance du monde de la finance notamment alternative. Aussi, j’ai commencé à investir dans ce secteur il y a environ 2 ans ½ pour environ 500 projets à date représentant 50K€ d’encours. En valeur des sommes investies ma répartition est de l’ordre de 60% pour le Crowd Lending Immobilier et 40% sur le Crowd Lending Entreprise.

 

Au début, j’ai investi sur pratiquement tous les projets qui m’étaient présentés et plutôt en Crowd Lending Entreprise dont les tickets d’entrée sont plus faibles (à partir de 20€) puis avec la confiance je me suis davantage tourné vers le Crowd Lending Immobilier qui demande à mon sens un peu plus d’expertise. Toutes les difficultés que j’ai pu connaitre à ce jour ne concernent que le Crowd Lending Entreprise (30 dossiers sur 450). De ces difficultés j’ai pu en tirer une certaine expérience. De cela j’ai pu concevoir une matrice d’analyse de dossiers et me fixer certaines règles de gestion qui me permettent désormais de savoir de façon assez systématique si je dois aller ou pas sur un nouveau dossier. A force d’expérience, je suis à présent très sélectif dans mes investissements ce qui me permet à présent de rencontrer de moins en moins de dossiers délicats. A ce jour sur la partie Crowd Lending Immobilier, je n’ai aucune difficultés identifiée avec un taux bruts moyens de l’ordre de 9%. Sur la partie Entreprise je suis à un taux brut (intégrant les défauts) de l’ordre de 6% contre 8% sans prise en compte de ceux-ci. A présent en vitesse de croisière, je pense qu’à l’avenir je devrais réussir à réduire à portion congrue les pertes engendrées par les défauts du fait d’une parfaite connaissance de ce secteur.

Pensant aussi que mon expérience du Crowdlending pourrait servir au plus grand nombre j’ai écrit un livre retraçant mon travail de réflexion et d’analyse ainsi que toutes les connaissances que j’ai pu acquérir. Celui-ci a été mis à jour début avril 2018 pour tenir compte des dernières actualités et statistiques disponibles.

 

Comments

  1. By Julien Versier

    Répondre

  2. By Julien Versier

    Répondre

  3. Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *