Comment améliorer sa retraite 1/2 ?

Même si pour moi le sujet de la retraite peut paraître encore  lointain, il faut bien avoir en tête que les réformes à venir vont contribuer à diminuer fortement le train de vie. Comment s’y préparer et quelles sont donc  les solutions de revenus complémentaires ?

retraite maurice by BlueBerryCr @ Flickr

Bonne retraite Momo

 

Penser au cumul emploi-retraite

Il y a quelques contraintes à respecter pour pouvoir cumuler sans limite ses pensions de retraite avec des revenus d’activité :

– Avoir liquidé sa retraite à partir de l’âge légal avec le nombre de trimestres nécessaire au taux plein

– Avoir atteint l’âge du taux plein (67 ans pour les générations après 1955).

Il est possible également d’effectuer un  cumul inter régime. Celui ci  est plus souple car il permet de cumuler les revenus d’une nouvelle activité (consultant par exemple) avec ses pensions sans limite. De plus les cotisations versées au nouveau régime donnent de nouveaux droits à le retraite.

Avantages : C’est une source de revenus immédiate à condition de changer de statut.

Inconvénients : Le cumul au sein du même régime  demande d’avoir fait liquider toutes ses retraites (base et complémentaires). De plus la fiscalité est plus lourde, car il y a deux sources de revenus.

Retarder l’âge de départ pour diminuer  la décote

En partant dès l’âge légal sans avoir la durée maximale de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein, votre pension sera diminuée et subira une  décote. Son taux est fonction du nombre de trimestres qu’il vous manque soit pour atteindre la durée d’assurance requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein, soit pour atteindre l’âge automatique du taux plein. Dans les 2 cas, c’est la solution la plus favorable  qui sera retenue. S’il ne vous manque que quelques trimestres, il peut être intéressant de travailler un peu plus longtemps afin d’arriver au  nombre nécessaire ou de s’en rapprocher pour minorer le taux de la décote. Par contre, si vous  ne voulez pas subir de décote et que vous êtes encore loin du compte, il vous faudra attendre  l’âge du taux plein.

Avantages : Possibilité  de reporter la liquidation de sa retraite jusqu’à l’âge du taux plein, sans  être obligé de continuer  à travailler jusque-là.
Inconvénients : Si vous n’avez pas d’autre source de revenus, cela vous oblige à travailler plus longtemps.

 

Travailler plus longtemps pour obtenir une surcote

Prévue dans tous les régimes de base, la surcote est attribuée aux personnes  qui continuent à travailler après l’âge minimum de la retraite alors qu’ils ont le nombre de trimestres suffisant pour atteindre le taux plein.

Cette surcote est de 1,25 % pour chaque trimestre supplémentaire travaillé depuis 2009, sauf dans le régime des professions libérales  ou elle est de 0,75 % par trimestre supplémentaire. Ainsi, un salarié percevant une retraite de base de 20 000 euros par an touchera 83,3 euros de plus par mois en travaillant un an de plus. Aucune surcote n’est applicable dans les régimes complémentaires.

Avantages : Une année travaillée en plus permet d’améliorer sa retraite de base de 5 %, deux ans de 10 %, et ainsi de suite. Tout en gagnant des droits supplémentaires dans les régimes complémentaires.
Inconvénients : C’est un pari sur l’espérance de vie car en cas de décès rapide, vous aurez travaillé peut être travaillé pour rien.

 

Racheter des trimestres

Il est également possible de racheter des trimestres afin de partir plus tôt et avec une décote moins élevée voire sans en rachetant tous ses trimestres (limité à 12). Néanmoins, si vous savez que vous partirez au taux plein, il est préférable de ne pas faire cette opération car elle peut être  coûteuse (entre 3373€ et 4498€ / trimestre en 2013). Les sommes utilisées pour racheter des trimestres restent déductibles des impôts

Avantages : Possibilité de partir dès l’âge légal de la retraite en améliorant sa  pension ou d’accéder plus rapidement au cumul emploi-retraite. De plus, le montant du rachat est  déductible des revenus imposables. Cela reste  destiné aux cadres supérieurs, qui ont accumulé un nombre de points importants auprès de l’Agirc.
Inconvénients : L‘opération doit être faite au plus près de son départ en retraite sinon le risque de perte est élevé en cas de modification de loi ou en cas de chômage en fin de carrière professionnelle. Le coût est élevé et le retour sur investissement moins favorable pour les petites retraites.

 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *